7 septembre 2017

Désordres de septembre



 
En septembre, la mission prioritaire est de reprendre ses esprits après les langueurs de l'été. Et d'emblée on sent que c'est une entreprise périlleuse, voire impossible...
 
Il y a en effet tant de nouvelles données à intégrer que le tête nous tourne déjà. En premier lieu le climat lui-même qui devient à l'automne un facteur de risque imprévisible : à cette saison il convient en effet de se vêtir à bon escient si l'on veut éviter, sinon l'embarras d'un rhume précoce, du moins l'inconfort d'un vêtement peu approprié à une météo fluctuante.
 
Exploration donc des fonds de placard, à la redécouverte de pulls et de petites laines qu'on pensait déjà avoir oubliés. Pour s'apercevoir avec désillusion que rien ne convient vraiment à cette période aux contours instables...
 
Mais tout ceci n'est que broutilles quand on songe aux dossiers lourds qui restent en suspens, des affaires urgentes qu'on avait soigneusement mis de côté, espérant peut-être que le calme plat de l'été allait finalement déteindre sur elles. Ce genre d'habitudes se prend facilement vers le début du mois de juillet, quand on voit les caravanes de touristes partir vers le sud.

Toutefois ce n'est pas seulement à la couleur des arbres que l'on devine le retour de l'automne mais aussi à tous ces petits réglages, ces changements qu'il conviendra d'opérer dans nos vies alors même que nous sommes déjà surmenés avant même d'être entrés dans le vif du sujet.

Sans compter les pseudo nouveautés qui s'efforceront d'attiser notre intérêt et les diverses gesticulations administratives qu'il nous faudra entreprendre tôt ou tard pour réintégrer le statut de citoyen conscient de ses devoirs.

Encore quelques semaines pour osciller entre la lumière et le brouillard, l'été et l'hiver : sachons reconnaître que sur le plan philosophique c'est une opportunité fantastique que n'ont pas ceux qui vivent en zone tropicale, où il n'existe que deux saisons : l'hiver et l'été.

Consolons-nous donc et soyons heureux de vivre l'éternel désordre des changements de saison...
 
 
 

10 commentaires:

Fredi M. a dit…

Consolons-nous donc et soyons heureux de vivre l'éternel désordre des changements de saison...

Voila !
Et celui qui nous voit passer de l'été à l'automne n'est pas le plus désagréable il est même mon préféré tant il va comme un gant à ma nature mélancolique.

Barbara Schreyer a dit…

Non content d'être mélancolique vous êtes aussi rapide comme l'éclair, Messire Fredi !
Et je suis fort honorée d'avoir votre visite...

Fredi M. a dit…

vous êtes aussi rapide comme l'éclair

Vous veniez de publier votre billet ?
N'y voyez qu'heureuse coïncidence !

Jean-François M a dit…

Comme notre ami Fredi, j'aime cette alternance des saisons, que nous avons la chance d'avoir sous nos latitudes, contrairement à d'autres, qui n'ont que deux saisons.
En Normandie, il va falloir, bientôt remisé nos affaires d'été, pour aller chercher au fond de nos commodes et armoires des vêtements plus chaud, comme des pulls.

Barbara Schreyer a dit…

C'est en effet l'opération à laquelle je me livre moi-même en ce moment et je vous avoue que ce n'est pas partie gagnée. Entre les essais et l'organisation de petites lessives, on se met bien vite à regretter la simplicité vestimentaire du mois d'août !

Fredi M. a dit…

on se met bien vite à regretter la simplicité vestimentaire du mois d'août !

C'est à dire ?
On exige des précisions !

Barbara Schreyer a dit…

J'ai par exemple trois jolies robes ramenées jadis de Bali, qui vont des épaules aux chevilles et sont très agréables à porter...

Fredi M. a dit…

Il va nous falloir attende "désordres d'octobre" ?

Barbara Schreyer a dit…

Désolée Fredi, je ne m'attendais pas à trouver un nouveau commentaire !
Merci pour cet encouragement qui me manquait.

Fredi M. a dit…

Tic, tac... tic, tac...
Bientôt novembre et ses longues nuits.